« Ils sont partis... | Accueil | Vous avez dit favori ? »

Commentaires

PopUp

salut david,

je me suis permis de recopier une partie de ton commentaire concernant la course d'Erwann, comme je fais un suivi de sa course sur mon blog. si tu veux y faire un tour :
http://popup.hautetfort.com/
A bientot sur l'eau ou pendant le stage ISAF si on le fait ensemble à la Trinité.
Laurent

oliviercurnelle

Pardon, j'avais poster mon bavardage dans la mauvaise rubrique...
"Je partage globalement votre point de vue : le bonhomme prime sur la machine... un petit commentaire supplémentaire cependant d'un modeste amateur :
Le classement des protos plans Magnen, Manuard, Finot-Conq, Rolland ou autre s'expliquent par la qualité du marin, les aléas de casse imprévisible (OFNI...), la volonté délibérée de certains de prendre plus ou moins de risque, les options météo...mais aussi par :

1- Les conditions de course : il n'y a eu que du portant, ce qui favorise un peu les carènes conçues plutôt pour ce type de condition (le 151 par exemple), et un peu moins les carènes puissantes au reaching et au près (les Manuard par exemple). Les qualités des marins ont donc primés. Je pense qu'on pourra mieux parler des perfs des machines à Bahia car la 2nd étape comportera des conditions de vent plus variées (portant avant la ZCT, reaching après en principe)et les protos puissants et/ou polyvalents devraient faire parler la poudre et faire la différence sur leur simple potentiel (à condition que le pilote soit à la hauteur!).
Je suis donc épaté par la perf de Douguet et de son 433 : Il a gagné la Mini-Fastnet dans la pétole, il gagne ici au portant... Sam avait déjà prouvé en gagnant de nombreuses courses dans tous types de conditions que son talent de marin était réel et même un peu au-dessus du lot (il aurait mérité de gagner la MT en 2003, et ses bateaux ont gagné les 3 plus belles courses en atlantique et les 2 plus belles courses en méditerranée cette année!) mais Corentin prouve ici que le plan Manuard est une vrai fusée, comme il dit. Entre les mains d'un bon pilote... il est difficile à prendre.

2- Le degré de préparation du bateau et du capitaine est essentiel:
Depuis la remise à l'eau de son avion de chasse, Douguet peaufine : il n'était pas prêt en avril à la Pornichet, mais en mai il l'était déjà : juin, juillet et aout ont été pour lui des mois de règlages et d'entrainement en course... un planning tenu est un gage de réussite. Regarder les autres plans Manuard (mis à part ceux qui ont cassé du matos... la faute à pas de bol) : ils sont barrés par des skippers n'ayant jamais couru la Mini Transat, et presque pas couru en solo en course sur 650. Seul Douguet (avec Marchand et Mergui qui ont cassé leur safran malheureusement) ont fait la Transgascogne. Forts de leur expérience en solo de la première étape, ils seront peut être plus dans le coup pour la deuxième. Le degré de préparation est essentiel : tous le disent...

Bref, je ne sais si Co Douguet gagnera à Salvador de Bahia bien sûr, mais pour toutes les raisons évoquées ci-dessus, je prends les paris suivants :
- que les plans Manuard seront globalement mieux classés au Brésil qu'à Lanzarote (Caracci et les Slovènes avec plus d'expérience en solo, Gallay l'expérimenté connaitra mieux son proto, Mergui et Marchand auront des safrans neufs...)
- que les expérimentés de 2001 et 2003 auront une belle carte à jouer : ils connaissent le terrain de jeu.

Dommage que Manuard, McKee, Tripon, Bestaven ne soient pas revenus...on aurait eu du spectacle... mais heureusement Pella, Douguet, Le Blevec, Gallay et les autres sont là pour nous faire rêver.

Olivier Curnelle"

David Sineau

VOici un commentaire bien fourni.

Oui, enfin, le Mini-Fastnet dans la pétole, pas vraiment, on a quand même fait l'aller-retour en mer d'Irlande entre bon plein et reaching dnas plus de 15 noeuds de vent. Il y a juste eu une zone de pétole à traverser au retour en Manche.
Pour l'expérience en solo et la capacité à faire marcher les bateaux, c'est vrai et confirme que c'est le bonhomme qui a fait la différence sur cette étape un. Sûr que sur la deuxième étape en particulier après le Pot au Noir la puissance pure des carènes fera plus la différence, même si Armel en 2003 avait derrière lui encore bien des carènes plus puissantes (Lombard, Magnen, Manuard, Rolland...)!
Enfin dans ceux qui sont là pour nous faire rêver, n'oublions surtout pas Seb Gladu qui a été la mouche du coche et le sel de cette première étape !

coach shoes

knowing something of everything and everything of something.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.